Les 3 principaux risques de la souscription à une SCPI

Les 3 principaux risques de la souscription à une SCPI

12 août 2019 0 Par Maeva

Placer son capital dans une Société civile de placement immobilier (SCPI) peut être intéressant. Il est possible de gagner une rentabilité de plus de 4% avec cet investissement, et ceci, en déléguant les obligations liées à la gestion et à la possession d’une propriété immobilière. Cependant, il faut analyser la rentabilité à la revente ainsi que le coût des frais d’une telle démarche.  Petit tour d’horizon sur les véritables dangers de l’investissement en SCPI.

Les arnaques

En théorie, l’investisseur est protégé car ces types de sociétés civiles sont enregistrées et régies par l’autorité des marchés financiers (AMF). Toutefois, on relève encore diverses arnaques. Par exemple : le 15 mars 2019, l’AMF a signalé l’entreprise porto-Immo SCPI qui opérait sans être habilitée et accumulait des fonds. Il y a eu d’autres escrocs  qui exploitaient à tort et à travers le logo de l’AMF pour amasser de l’argent en ligne. L’AMF a souligné que plus le rendement est élevé, plus le niveau de risque l’est également. Donc, ne vous laissez pas séduire par de vains discours publicitaires et commerciaux qui vous promettent monts et merveilles juste pour vous dépouiller financièrement. En outre, sachez exactement dans quoi vous investissez avant de débourser une quelconque somme.

La chute de rentabilité

Le placement en SCPI a perdu 2 points en rentabilité au cours des dix dernières années. On remarque d’ailleurs que la rentabilité n’a cessé de baissé au fil des ans. L’Institut de l’épargne immobilière et foncière (IEIF) a affirmé que la rentabilité moyenne des SCPI était de 6 % il y a 10 ans. Mais depuis l’année 2015, elle est restée en-dessous de 5 %. En fait, la rentabilité est tributaire du choix des actifs immobiliers, en particulier, de leur taux d’occupation. Lorsque ce taux est inférieur à 80 %, la SCPI est peu lucrative. Pour tirer un maximum de profit, il faut sélectionner des actifs immobiliers qui soient bien placés. Pourtant, les 175 SCPI existants en ce moment ne détiennent pas toutes dans leurs actifs les points de vente et les locaux professionnels les plus sollicités.

La perte à la revente

Le troisième et non le moindre des risques de l’investissement en SCPI est la revente à perte car le capital investi peut être supérieur au prix de revente. Cela tient à la difficulté de vente des parts. En plus, l’acquisition de la SCPI implique le paiement de frais onéreux qui représentent 9 à 12 % de l’argent investi. Pour compenser une telle somme, il est préférable de garder la SCPI suffisamment longtemps pour percevoir suffisamment de gains. Pour investir dans les SCPI, il faut demander l’aide d’un professionnel expérimenté et performant pour repérer les bons placements à effectuer.